Col de la Colombière

Nous voilà prêt pur un départ matinal à l’assaut des quelques kilomètres qui nous séparent du col de la Ramaz et surtout d’une vingtaine de bornes de descente pour arriver à Cluses. Quel plaisir de dévaler les pentes pour oublier la montée de la veille. Nous prenons le temps d’un petit déjeuner chez une vieille connaissance qui séjourne dans cette vallée de Haute Savoie. La journée s’annonce belle, presque trop chaude. Nous prenons la route qui monte à travers les bois jusqu’à un village nommé le Reposoir, un semblant de plat avant les 8 derniers km. Se reposer, c’est tricher : on ne s’arrête pas. Les pancartes sur le côtés nous indiquent la distance du sommet et le pourcentage de pente, luxe français. Les derniers kilomètres semblent interminables, on aperçoit une cabane au loin qui semble être le sommet. Il reste 4km de route qui serpente le long des falaises et pique les jambes. Un pique nique bien mérité au sommet en compagnie de nombreux cyclistes et touristes venus comme nous profitez de la beauté des lieux. C’est parti pour la descente, tête dans le guidon nous voyons passer le Grand Bornant, suivons une gorges jusqu’à retrouver la ville. De l’autre côté de la ville une superbe piste cyclable longe la voix ferrées et nous mène à St Jeoir. Il faut ensuite remonter vers Onnion. Après quelques kilomètres sur des routes peu fréquentées et une crevaison, nous rejoignons la route qui mène à Sommand. 8km de montée en plein cagnard, la fatigue se fait sentir sur cette route déjà emprunter la veille mais toujours aussi belle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *